Publié par : journalistesdupatrimoine | 9 mai 2015

LE SCANDALE DU MUSEE ARMENIEN DE PARIS : QUE FAIRE ?


A l’heure où tout le pays commémore le centenaire du génocide arménien, le Musée Arménien de France est fermé, sur fond de contentieux avec la direction du musée Guimet. Totalement abandonné et devenu … SDF. Un reportage de Georges Levet.

Tout le monde semble indifférent au sort du Musée Arménien de France. Abandonné. Les oeuvres sont dans des cartons et entreposées Porte de la Chapelle pour un coût exorbitant. Les cartons renferment la plus grande et la plus belle collection d’art arménien. Mais pourquoi donc les visiteurs ne peuvent plus venir ?Retour ligne automatique
L’affaire contentieuse dure depuis un bon moment déjà entre le Musée Guimet et le MAF.Retour ligne automatique
L’hôtel d’Ennery, avenue Foch, dans le 16ème, propriété du Ministère de la Culture, conservait les collections du Musée Arménien. Des objets qui, pour beaucoup, avaient été sauvés par la diaspora arménienne après le génocide. 1.180 objets d’arts sacrés et profanes, de manuscrits anciens, de précieuses pièces d’orfèvrerie, d’œuvres du peintre Zakarian portraituré par Degas ou d’Ivan Aïvasovsky, l’un des maîtres de la peinture de marine russe, de sculptures de Léon Mouradoff, que certains considèrent comme le Maillol arménien. En 2007, année de l’Arménie, les visiteurs étaient venus nombreux.

Mauvaise foi du Musée Guimet et promesses non tenues

L’hôtel d’Ennery était en mauvais état et en 2011, le Ministère de la Culture et le Musée Guimet ont entamé une rénovation. C’est alors que l’on demande au Musée Arménien de « déplacer provisoirement ses collections » pendant la durée des travaux. Lorsque ces derniers prennent fin en 2012, Frédéric Fringhian, le fils du fondateur du musée, décide de rapatrier ses collections puisque l’assurance lui avait été donnée par la Direction des Patrimoines de pouvoir remettre les collections au même endroit. Or, surprise, les espaces qui auraient dû être vides afin d’accueillir les collections sont en réalité occupées par… des oeuvres chinoises et asiatiques venues du Musée Guimet. Il est donc impossible de rouvrir au public et un échange de courriers s’effectue entre le Musée Guimet et le MAF. Sans succès. Pire, le Musée Guimet fait changer les serrures et interdit l’entrée au MAF.

Des propositions d’accueil mais difficiles à assumer

L’affaire a été portée devant les tribunaux en avril 2014, mais le Tribunal de Grande Instance saisi en référé par le Musée arménien s’est déclaré incompétent pour la juger. Depuis, le blocage perdure.Retour ligne automatique
Certes, des propositions diverses ont été faîtes au MAF. Une installation en Suisse par un mécène mais le Ministère a refusé ; autre proposition de Fleur Pellerin : rapatrier les collections dans un entrepôt du MUCEM. Certaines oeuvres ont été demandées par différentes villes : Valence ou Issy-les-Moulineaux par exemple. Mais ce patrimoine n’est pas destiné à se « promener ». Il est reconnu d’utilité publique et devenu inaliénable depuis 1978.

Quant à Frédéric Fringhian, il désespère, en particulier de ne pas avoir pu participer au centenaire de la commémoration du génocide.

Un Comité de Soutien au Musée Arménien de France s’est constitué. Vous pouvez signer la pétition sur :

https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-sauvez-le-mus%C3%A9e-arm%C3%A9nien-de-france-2

Et puis, fort heureusement, un site internet tout à fait remarquable avait été conçu pour présenter les collections ; c’est tout ce que l’on peut faire pour le moment. A voir absolument sur :Retour ligne automatique
http://www.le-maf.com/

G. Levet

Publié par : journalistesdupatrimoine | 9 mai 2015

LA BOUFFONNERIE DE L’ART CONTEMPORAIN : TOUT SUR LES CALAMITES DE L’ART !


Ce livre de 240 pages, préfacé par Aude de Kerros, comprend une sélection des extraits les plus « percutants » de mes chroniques, enrichis et réassemblés en 13 chapitres correspondants aux intitulés suivants :

livre-nesterolle-sm-9c015
1 – De la dictature de la bouffonnerie en art contemporainRetour ligne automatique
2 – Koons ou l’hilarant triomphe de l’esthétique pâtissière et de la culture vaselineRetour ligne automatique
3 – Une critique d’art de nature consanguineRetour ligne automatique
4 – À propos de l’épidémie de questionnite dans l’art contemporainRetour ligne automatique
5- Des écoles d’endoctrinement à l’art contemporainRetour ligne automatique
6 – Le génie d’État et l’art contemporainRetour ligne automatique
7 – Les FRACs : un gros tas d’effets perversRetour ligne automatique
8 – Daniel Buren et Martial Raysse : deux calamités artistiques nationalesRetour ligne automatique
parfaitement complémentairesRetour ligne automatique
9 – Les élus et l’art contemporain : une tartufferie aussi tragique que cocasseRetour ligne automatique
10 – La Biennale d’Art Contemporain de Lyon : un Fukushima culturelRetour ligne automatique
11 – Les têtes chercheuses de l’art contemporainRetour ligne automatique
12 – De l’intrusion « in situ » de l’AC dans les châteaux, les églises et autres lieuxRetour ligne automatique
patrimoniauxRetour ligne automatique
13 – L’art brut récupéré par l’art contemporain.

Ce livre de 240 pages, préfacé par Aude de Kerros, comprend une sélection des extraits les plus « percutants » de mes chroniques, enrichis et réassemblés en 13 chapitres correspondants aux intitulés suivants :

1 – De la dictature de la bouffonnerie en art contemporainRetour ligne automatique
2 – Koons ou l’hilarant triomphe de l’esthétique pâtissière et de la culture vaselineRetour ligne automatique
3 – Une critique d’art de nature consanguineRetour ligne automatique
4 – À propos de l’épidémie de questionnite dans l’art contemporainRetour ligne automatique
5- Des écoles d’endoctrinement à l’art contemporainRetour ligne automatique
6 – Le génie d’État et l’art contemporainRetour ligne automatique
7 – Les FRACs : un gros tas d’effets perversRetour ligne automatique
8 – Daniel Buren et Martial Raysse : deux calamités artistiques nationalesRetour ligne automatique
parfaitement complémentairesRetour ligne automatique
9 – Les élus et l’art contemporain : une tartufferie aussi tragique que cocasseRetour ligne automatique
10 – La Biennale d’Art Contemporain de Lyon : un Fukushima culturelRetour ligne automatique
11 – Les têtes chercheuses de l’art contemporainRetour ligne automatique
12 – De l’intrusion « in situ » de l’AC dans les châteaux, les églises et autres lieuxRetour ligne automatique
patrimoniauxRetour ligne automatique
13 – L’art brut récupéré par l’art contemporain.

Publié par : journalistesdupatrimoine | 9 mai 2015

LES RESTAURATEURS DU PATRIMOINE S’INSTALLENT A AUBERVILLIERS


Le département des restaurateurs de l’INP occupait depuis 1995 un ensemble immobilier à St Denis La Plaine. Le lieu, voué à la démolition,il devenait impératif pour l’INP de trouver un nouveau site d’implantation. Ce fût fait après beaucoup de recherches et la nouvelle installation a été inaugurée le 5 mai à Aubervilliers.

Après des recherches de relocalisation, l’INP s’installe dans le très beau site rénové de l’ex Manufacture des allumettes d’Aubervilliers. Brillante inauguration en ce 5 mai en présence de tout ce qui compte en matière de restaurations patrimoniales.Retour ligne automatique

Philippe Barbat, directeur de l’INP

Les ateliers, au nombre de 7 (arts du feu, arts graphiques, arts textiles, mobilier, peinture, photo, sculpture), ont été aménagés en un temps record et le déménagement a eu lieu dans d’excellentes conditions, sans interruption de la scolarité des élèves. Retour ligne automatique

La plaque d’inauguration

C’est donc en janvier 2015 que le département des restaurateurs de l’INP s’est installé sur un site de grande qualité architecturale, la Manufacture des allumettes qui était déjà là en 1810. Si des transformations importantes ont eu lieu, la belle cheminée, construite en 1904 est toujours là, en ayant échappé à la démolition.

Le site actuel

Ainsi donc, les restaurateurs du patrimoine se retrouvent à l’aise dans des locaux très bien rénovés. Retour ligne automatique

Un tissu ancien en restauration

Rappelons que l’INP, c’est, chaque année notamment 50 conservateurs formés et 20 restaurateurs diplômés en cinq ans qui font honneur au travail hautement spécialisé de la France et reconnus dans le monde entier.

G. Levet

Publié par : journalistesdupatrimoine | 9 mai 2015

PETIT JOURNAL DU PATRIMOINE : un concours bien sympathique. Participez !


Le Concours du Meilleur Petit Journal du Patrimoine, créé à l’initiative de Patrimoine-Environnement, a pour objectif de faire découvrir aux plus jeunes le patrimoine culturel et naturel qui les entoure. Ouvert aux classes de CM1, CM2, 6ème et 5ème, il propose chaque année aux élèves, de réaliser, avec l’aide de leur professeur, un petit journal tout au long de l’année scolaire

Voilà une initiative bien sympathique. L’AJP s’y associe mais si, vous, les membres, pouviez faire quelque chose, ce serait bien.

Un thème central, permet de cadrer leur réflexion tout les impliquant dans la sauvegarde et la reconnaissance de leur patrimoine local. La sélection du Meilleur Petit Journal du Patrimoine par le jury a lieu à la fin mai et la remise des prix et diplômes s’effectue dans l’école lauréate à la fin du mois de juin !

Ce concours est une belle expérience pour les élèves qui peuvent ainsi s’initier :

Au journalisme :Retour ligne automatique

La production d’un petit journal peut-être l’occasion, d’effectuer des sorties scolaires sur des sites culturels ou naturels, de rencontrer des professionnels du patrimoine ou encore de participer à des ateliers pédagogiques au monde du journalisme. Les élèves apprennent à travailler en équipe : le reportage, la rédaction et la création des illustrations permettent à chacun de participer à un projet de groupe enrichissant et de découvrir le monde du journalisme, le rôle de la presse et les critères que doit comporter un bon petit journal.

A l’informatique.Retour ligne automatique

La classe s’appuie sur une maquette fournie par les organisateurs, qui leur sert de modèle pour effectuer la mise en page de leur journal. Cette étape fait appel à des manipulations simples, traitement de texte et mise en page afin d’initier l’élève à un support de travail multimédia.Retour ligne automatique
Pour l’année 2015, le thème choisi est « Le Moyen Âge encore présent  »

Les élèves pourront ainsi découvrir une époque riche d’histoires et de vestiges qu’est le Moyen Âge et ainsi faire la distinction entre l’histoire médiévale de notre imaginaire collectif (peuplé de fées, dragons, trésors, preux chevaliers et monstres légendaires), avec le Moyen Âge historique, celui que nous pouvons encore admirer aujourd’hui (et que l’on s’attache à conserver).

Pour cette 10ème édition, Pascal Lemaître, dessinateur à l’Ecole des Loisirs, a accepté de collaborer à ce beau projet en illustrant le concours et en lui donnant une meilleure visibilité.

Participation

Pour en savoir plus : Rendez-vous sur la page Ullule du projet  : « Soutenez le Petit Journal du Patrimoine… et participez à la 10ème édition du Concours scolaire ! »

http://fr.ulule.com/journal-patrimo…

Le Concours du Meilleur Petit Journal du Patrimoine, créé à l’initiative de Patrimoine-Environnement, a pour objectif de faire découvrir aux plus jeunes le patrimoine culturel et naturel qui les entoure. Ouvert aux classes de CM1, CM2, 6ème et 5ème, il propose chaque année aux élèves, de réaliser, avec l’aide de leur professeur, un petit journal tout au long de l’année scolaire

Voilà une initiative bien sympathique. L’AJP s’y associe mais si, vous, les membres, pouviez faire quelque chose, ce serait bien.

Un thème central, permet de cadrer leur réflexion tout les impliquant dans la sauvegarde et la reconnaissance de leur patrimoine local. La sélection du Meilleur Petit Journal du Patrimoine par le jury a lieu à la fin mai et la remise des prix et diplômes s’effectue dans l’école lauréate à la fin du mois de juin !

Ce concours est une belle expérience pour les élèves qui peuvent ainsi s’initier :

Au journalisme :Retour ligne automatique

La production d’un petit journal peut-être l’occasion, d’effectuer des sorties scolaires sur des sites culturels ou naturels, de rencontrer des professionnels du patrimoine ou encore de participer à des ateliers pédagogiques au monde du journalisme. Les élèves apprennent à travailler en équipe : le reportage, la rédaction et la création des illustrations permettent à chacun de participer à un projet de groupe enrichissant et de découvrir le monde du journalisme, le rôle de la presse et les critères que doit comporter un bon petit journal.

A l’informatique.Retour ligne automatique

La classe s’appuie sur une maquette fournie par les organisateurs, qui leur sert de modèle pour effectuer la mise en page de leur journal. Cette étape fait appel à des manipulations simples, traitement de texte et mise en page afin d’initier l’élève à un support de travail multimédia.Retour ligne automatique
Pour l’année 2015, le thème choisi est « Le Moyen Âge encore présent  »

Les élèves pourront ainsi découvrir une époque riche d’histoires et de vestiges qu’est le Moyen Âge et ainsi faire la distinction entre l’histoire médiévale de notre imaginaire collectif (peuplé de fées, dragons, trésors, preux chevaliers et monstres légendaires), avec le Moyen Âge historique, celui que nous pouvons encore admirer aujourd’hui (et que l’on s’attache à conserver).

Pour cette 10ème édition, Pascal Lemaître, dessinateur à l’Ecole des Loisirs, a accepté de collaborer à ce beau projet en illustrant le concours et en lui donnant une meilleure visibilité.

Participation

Pour en savoir plus : Rendez-vous sur la page Ullule du projet  : « Soutenez le Petit Journal du Patrimoine… et participez à la 10ème édition du Concours scolaire ! »

http://fr.ulule.com/journal-patrimo…

Publié par : journalistesdupatrimoine | 9 mai 2015

Bonjour à tous. L’AJP réactive ce blog. Des infos seront publiées bientôt.


Publié par : journalistesdupatrimoine | 27 avril 2015

Outils ‹ Le blog des journalistes du patrimoine — WordPress


Outils ‹ Le blog des journalistes du patrimoine — WordPress.

Le blog des Journalistes du Patrimoine est un complément au site Internet rénové de l’AJP. Il est mis à jour en particulier à l’aide des vidéos tournées lors des différents Salons du Patrimoine culturel qui ont lieu chaque année au Carrousel du Louvre ou des reportages de nos journalistes sur le patrimoine.

Publié par : journalistesdupatrimoine | 18 août 2010

L’outil de travail et de communication : nouveau site Internet ajp


LE SITE INTERNET DE L’AJP :
Pour mieux vous servir

Le site Internet de l’AJP modifié a été mis en ligne en janvier 2015. Remplaçant le site créé en 2004/2005, le site actuel répond à plusieurs objectifs :

Une simplification : après 10 années de bons et loyaux services, l’ancien site devenait dépassé par l’évolution d’Internet et par l’efficacité des moteurs de recherche. D’où la suppression ou le regroupement de certaines rubriques dont la mise en ligne et la maintenance demandaient un travail important.

Une valorisation de l’information : la division du site entre page d’accueil ouverte au public et l’espace interne reste valable. C’est dans l’espace interne réservé aux membres de l’AJP que sont développées toutes les informations. Vous trouvez dans cette partie du site les rubriques suivantes : Actualité du patrimoine, vie de l’association, annuaire de l’AJP, ainsi que les rubriques médias du patrimoine , bibliographie, communiqués de presse et carnet d’adresses que nous améliorons au fur et à mesure.

En page d’accueil, accessible à tous, apparaissent les titres des infos développées dans l’espace interne. Il s’agit là d’une accroche mise en valeur dans la rubrique défilante A LA UNE.

Toujours dans la page d’accueil en haut à gauche figurent 2 rubriques : Découvrir l’AJP et La vie de l’association. C’est dans cette dernière rubrique que seront publiés en PDF ou en lien tous les articles issus d’activités et/ou de voyages de presse de l’AJP. Cette rubrique permettra de suivre précisément les retombées des voyages de presse.

Nous espérons que ce nouveau site vous apportera satisfaction et que vos remarques et appréciations nous permettront de l’améliorer.

Michel Schulman

PS Nous remercions tout particulièrement les membres de la commission Internet : Georges Levet ainsi que Jean-François Desclaux, notre webmaster et Véronique Courcol, designer, qui ont permis la réalisation du nouveau site.
Association des Journalistes du Patrimoine

Publié par : journalistesdupatrimoine | 18 août 2010

Bienvenue !


Bienvenue sur le blog de l’Association des Journalistes du Patrimoine.
L’AJP a été créée en 2002.
Elle est l’outil de communication des journalistes mais aussi des membres associés non journalistes mais passionnés de patrimoine au sens large du terme.

Un tout nouveau site Internet vient d’être reconstruit et consultable sur :
journalistes-patrimoine.org

Une section dénommée « Espace Interne » est accessible aux seuls membres cotisants de l’AJP.
Si vous êtes journaliste du patrimoine ou « culture » vous pouvez nous rejoindre. Contactez l’adresse mail suivante :
ajpat@laposte.net
et demandez-nous un bordereau d’adhésion.

A bientôt.

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.